Un peu d’histoire

Avant le XXe siècle,  Font-Romeu n’existe pas encore

Seul existe le village d’Odeillo occupé depuis le néolithique et qui s’est développé au Xe siècle. En contrebas du village, se trouvent quelques fermes qui forment le hameau de Via.

Bien au-dessus d’Odeillo se dresse plus tard, dans la forêt, la chapelle primitive de l’Ermitage (XIIIe siècle) et dont l’histoire est  à l’origine du nom de Font-Romeu : la fontaine (font) du pèlerin (romeu : celui qui se rend à Rome).

L’histoire de Font-Romeu est relativement récente

En effet, en 1903, quelques chalets sont construits au-dessus d’Odeillo.

En 1911, la « Société des Chemins de Fer et Hôtels de Montagne » décide construction d’un Grand Hôtel qui ouvrira ses portes en juin 1913. Son objectif est d’accueillir des vacanciers durant la saison d’été, mais aussi la saison d’hiver (ce dernier projet devra être remis à la fin de l’année 1921).

A la même époque on décide la construction de la ligne du Petit Train Jaune pour acheminer la clientèle de l’Hôtel et du barrage des Bouillouses qui fournira l’énergie pour l’électrification de la ligne.

Début 1921, après la Première Guerre, on assiste au lancement des sports d’hiver et la première remontée mécanique voit le jour en 1937, mais l’essor de la station n’interviendra qu’après la deuxième guerre mondiale, soutenu entre autre par la presse et le cinéma.

A en croire cette étude, l’enneigement n’est, à cette époque, pas source d’inquiétude :

Les Pyrénées orientales, jusqu’au Puymorens, apparaissent beaucoup plus enneigées que ne le laisserait supposer leur situation auprès de la Méditerranée. La hauteur annuelle est de 0 m. 40 à Prats de Mollo, à 743 mètres d’altitude; de 3 mètres à la Cabanasse, à 1.500 mètres d’altitude; de 3 m. 20 à Matemale, à 1.750 mètres d’altitude; de 3 m. 50 aux Bouillouses, à 2.005 mètres d’altitude. On remarquera l’augmentation régulière, presque proportionnelle des épaisseurs de neige avec l’altitude. Les principales chutes se répartissent sur cinq mois, de décembre à avril, avec un maximum de décembre ou janvier. Les jours de neige, pendant cette période, passent de 25 aux Bouillouses — bien entendu pour cinq mois — à 29 à la Cabanasse, à 31 à Matemale.

— R. Plandé, « Neiges et glaces d’aujourd’hui dans les Pyrénées »,  Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 10,fascicule 2, 1939, p. 89.

On assiste alors au développement d’une infrastructure urbaine.

En 1967, l’ouverture du Centre National d’Entraînement en Altitude et du Lycée ainsi que du Four Solaire d’Odeillo vient compléter cette infrastructure urbaine.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *